Retour au guide

Eviter l’indivision grâce à la SCI

Lorsque les époux ou les concubins décident d’investir dans l’immobilier, ils peuvent décider d’acheter en commun le bien, ce qui signifie indivision, ou de constituer une SCI qui sera le seul propriétaire de l’immeuble. La première option présente toutefois d’importants inconvénients en cas de séparation ou de décès de l’un des conjoints.

Dans le cas où un décès frappe le couple, le survivant et en particulier le concubin, peut être obligé de déménager. Par ailleurs, si le couple ne tombe pas d’accord sur les termes de la séparation, l’un et l’autre peuvent solliciter de mettre l’habitation en vente auprès d’un tribunal compétent.

Un courtier recommande toujours de choisir une SCI où chaque associé reçoit des parts sociales. Il est plus facile de partager celles-ci en cas de décès ou de divorce, seul le droit de propriété sur le bien immobilier va changer de main. Par ailleurs, il est impossible pour un seul associé de procéder à la dissolution d’une SCI.